Cérémonie internationale d’Arromanches 2004 – 60ème anniversaire du D-Day

Cérémonie internationale du débarquement à Arromanches

60ème anniversaire du débarquement de Normandie

Dimanche 6 juin 2004

Cérémonie internationale d'Arromanches-les-Bains - Commémorations 2004 - 60ème anniversaire du débarquement de Normandie. Photo : D-Day Overlord

Lieu – Horaire :
Caen, parking du centre commercial de la Côte de Nacre, 08h30
Un épais brouillard de beau temps flotte sur les terres de Normandie en ce début de matinée du dimanche 6 juin 2004, un jour attendu par de nombreux passionnés du débarquement de Normandie. Le Ministère de la Défense, qui s’est chargé pendant près de trois mois de distribuer des accréditations pour les différentes cérémonies internationales, m’a remis un « laissez-passer » que je porte autour du cou. Tous les invités à la cérémonie internationale munis d’un « pass » doivent se présenter sur le parking du centre commercial de la Côte de Nacre, au nord de Caen. A cet endroit, plusieurs dizaines d’autocars attendent les vétérans et les invités afin de les amener sur le site d’Arromanches-les-Bains. Seuls les véhicules munis d’un pass (pour les voitures c’est un insigne d’identification rouge) peuvent alors circuler en Normandie.

Après une attente de quelques heures sur le parking, le soleil fait son apparition et cela présage une belle journée. Vers 10h30 les gendarmes nous invitent à monter dans les bus. A 11h00, le convoi de quatre premiers cars démarre. Deux gendarmes sur leur moto précèdent le convoi et nous conduisent sur l’autoroute CaenBayeux, alors fermée aux automobilistes de 6 heures à 18 heures. Sur chaque pont surmontant l’autoroute, des gendarmes ou des soldats de l’armée de Terre, armés et munis de postes de radio, veillent au bon déroulement des opérations. Car les services de sécurité sont sur les dents : les personnalités qui se rendent à la cérémonie d’Arromanches ne sont autres que Sa Majesté la Reine d’Angleterre, les présidents d’Etats George Bush, Jacques Chirac, Vladimir Poutine…

Arromanches, table d’orientation, 11h35
Nous arrivons sur le site où se déroulera, quelques heures plus tard, la cérémonie tant attendue. En mer, on peut d’ores et déjà apercevoir le porte-avion nucléaire Charles de Gaulle, qui joue également un rôle dans la sécurité des activités. Dans les airs, de nombreux hélicoptères Super Frelon, Puma, Super-Puma, Cougar et Gazelle patrouillent de part en part du Calvados et du Cotentin. A leur bord, des hommes du GIGN, l’unité d’élite française du Groupe d’Intervention de la Gendarmerie Nationale, sont prêts à intervenir en cas de nécessité. A bord de chaque bus se trouvent un élève-officier de Saint-Cyr (au total 85 élèves étaient présents) et un élève-officier de l’Ecole Navale (dont la promotion 2003 a été entièrement représentée, soit 80 élèves). Ils seront notamment chargés d’accompagner et d’aider les vétérans.

Le site où se déroule la cérémonie internationale d’Arromanches a été aménagée pendant près de deux mois avant le 6 juin 2004. Le revêtement de macadam a été déposé sur une couche de caoutchouc qui sera enlevée après la cérémonie, pour laisser respirer à nouveau le sol loué à un agriculteur local pour l’occasion. Une « place d’armes » est créée et trois gradins géants se trouvent sur sa circonférence, face au port artificiel « Mulberry » d’Arromanches.

Les vétérans et les invités sont priés de s’asseoir sur les gradins prévus à cet effet. En face de nous se dressent trois groupes de panneaux interactifs où flottent les drapeaux des pays Alliés. Chaque spectateur reçoit un sac dans lequel se trouve de quoi « casser la croûte » : des sandwichs, des gâteaux secs et des yogourts. Les vétérans français qui se trouvent sur les gradins sont en grande partie des fantassins qui ont combattu aux côtés des armées alliées après le débarquement de Provence le 15 août 1944. L’arrivée des chefs d’Etats et de Gouvernements est prévue à compter  de 15h15.

Arromanches, table d’orientation, 13h00
Entre 13h00 et 15h00, les fanfares militaires de dix pays ayant pris part au débarquement de Normandie le 6 juin 1944 ont défilé sur la place d’armes. Ces fanfares ont permit aux spectateurs de patienter en attendant l’arrivée des officiels. Et ce sont les militaires grecs qui ont ouvert le bal, bientôt suivis par les musiciens militaires de Tchécoslovaquie, puis par les musiciens militaires belges, etc. La Pologne et la Norvège ont envoyé chacun un détachement de leurgarde d’honneur, accompagnant les musiciens. Ces hommes (rappelons que les soldats norvégiens présents sur le site étaient pour la grande majorité des appelés du contingent) ont respecté une chorégraphie minutieuse et impressionnante qui a été très applaudie par un public de plus en plus nombreux.

Arromanches, table d’orientation, 15h25
C’est avec un retard traditionnel que les officiels arrivent sur les lieux de la cérémonie, dans trois autocars qui s’arrêtent devant les gradins des officiels. Puis, cinq minutes plus tard, à 15h30, les chefs d’Etats se présentent au même endroit dans leur voiture respective, encadrés chacun par plusieurs dizaines de véhicules de sécurité. Les officiels se placent immédiatement sur leur sièges et attendent le Président des Etats-Unis. Et c’est à 15h45 que George Bush arrive devant la tribune présidentielle, en compagnie de la Première Dame des Etats-Unis d’Amérique, Laura Bush.

Arromanches, table d’orientation, 15h50
La frégate française antiaérienne Cassard s’approche de la localité d’Arromanches, alors que les musiciens de l’armée de Terre et de l’armée de l’Air française s’apprêtent à jouer leur hymne national, la « Marseillaise« . Ceci marque le commencement de la cérémonie internationale marquant le soixantième anniversaire du Débarquement. Tous les invités situés dans les trois gradins des officiels sont priés de se lever et les musiciens militaires commencent à jouer, tandis que la Frégate Cassard, alors en position, tire 21 coups de canons. La cérémonie est officiellement ouverte.

A 16h00, les témoins du D-Day, ces héros que nous célébrons en ce jour du dimanche 6 juin 2004, exactement soixante ans après les faits historiques, défilent au pas devant les invités. Ils sont accompagnés des élèves officiers français ainsi que par 14 porte-drapeaux de l’armée de Terre française, représentant les 14 pays alliés qui ont pris part à l’opération Overlord. Pendant de nombreuses minutes, la foule des invités se lève et applaudit ces vétérans qui se tiennent debout, au garde-à-vous, face aux gradins. Des vétérans essuient des larmes d’émotion : des générations d’origines différentes les applaudissent car ils ont conscience de vivre dans un monde différent de ce qu’il était il y a soixante ans. Quelques minutes d’applaudissements après, les 142 vétérans représentant 14 pays différents rejoignent leur place. Seuls 14 d’entre eux restent debout, face au public et aux objectifs des caméras. Ces privilégiés recevront, quelques instants plus tard, des mains du Président de la République Française, Jacques Chirac, la médaille représentant la plus haute distinction française : la Légion d’Honneur. La France honore ainsi ceux qui ont combattu pour la libération de ses terres. Les 14 vétérans médaillés rejoignent ensuite des places d’honneur, devant les tribunes officielles.

Arromanches, table d’orientation, 16h25
Le chef de l’Etat français, se dirige vers la place d’armes, accompagné de son aide de camp, pour prononcer le discours de la France. La place d’armes, où les deux ensembles de musiques militaires de l’armée de Terre et de l’armée de l’Air sont toujours situés, se remplit alors de nombreux militaires qui défilent devant les 6000 invités d’Arromanches. C’est le début du défilé militaire terrestre, qu’ouvrent les soldats américains du 6ème bataillon de la 52ème section d’artillerie sol-air, en souvenir des vétérans d’Omaha Beach. Ils sont suivis du Light Dragoons 13/18th Royal Hussard du Royaume-Uni, ainsi que par les autres représentants militaires des pays ayant pris part, le 6 juin 1944, au débarquement de Normandie. C’est une section d’un régiment d’infanterie de Marine qui a représenté la France.

Quatre chasseurs-bombardiers A-10 Thunderbolt américains, basés en Allemagne, semblent clôturer ce très impressionnant défilé. Mais, alors que commence le défilé militaire naval, la Patrouille de France avec ses Alphajet arrive au-dessus du site historique d’Arromanches : aussitôt, les panaches de couleurs bleu, blanc et rouge emplissent le ciel normand. Ils sont aussitôt très applaudis par la foule des vétérans et des invités.

C’est pendant que le bagad français de Lann-Bihoué recommence à jouer devant les tribunes que débute le défilé naval, que l’on peut apercevoir sur les deux écrans géants devant nous. Les images, prises d’un hélicoptère en vol stationnaire au-dessus des vestiges du port artificiel d’Arromanches, nous montrent des navires de guerre de différentes origines : c’est la frégate Charlottetown du Canada qui débute ce défilé naval, suivie du destroyer britannique HMS Gloucester (lance-missiles), de la frégate américaine USS Ross, du pétrolier-ravitailleur Wave Knight, de deux chasseurs de mines de la marine belge, de deux bâtiments chasseurs de mines norvégiens et d’un transport de chaland de débarquement des Pays-Bas.

Le porte-avion nucléaire français, le Charles de Gaulle, pourtant à quelques centaines de mètres des autres navires, n’a pas pris part au défilé naval. Il a été chargé de la surveillance des commémorations.

Après ce défilé des trois armées, un spectacle de Daniel Charpentier débute sur la place d’armes qui, par un ballet de comédiens habillés de noir, symbolise les années de guerre de 1939 à 1945. Les écrans géants montrent des images de la Seconde Guerre mondiale. Et au moment où les spectateurs peuvent voir sur les écrans les bombardements aériens précédant le débarquement de Normandie, une escadrille composée d’un Douglas C-47, un B-24 Liberator, un P-51 Mustang et un Spitfire, survole les tribunes officielles. La synchronisation est très impressionnante.

Lors du spectacle, les comédiens se sont régulièrement mis de côté, la musique s’arrêtant. Ils ont laissé place à des intervenants extérieurs comme la chanteuse Patricia Kass, venue interpréter l’Hymne à l’Amour, ainsi que le directeur du Mémorial de la Paix à Caen, Jacques Belin, venu délivrer un message destiné aux jeunes : « ils ne doivent pas oublier les faits d’armes de leurs anciens« .

A la fin du spectacle, des comédiens sont venus remettre des bouquets de fleurs aux 14 vétérans tout juste médaillés de la Légion d’Honneur. Ils ont été très touchés par ce geste simple mais émouvant.

Et c’est la Patrouille de France qui vient clôturer la cérémonie internationale du soixantième anniversaire du débarquement allié en Normandie. Elle effectue un magnifique éclatement final juste au-dessus de la place d’armes, laissant dans le ciel de longs panaches de fumée blanche.

Des applaudissements retentissent de toutes les tribunes officielles qui saluent à la fois les vétérans, le travail de la Patrouille de France, le très bon déroulement de la cérémonie. Les spectateurs manifestent également la joie d’avoir assisté à une des célébrations les plus importantes de ce début de 21ème siècle, en honneur à ceux qui, un matin de juin 1944, ont débarqué dans le froid et dans le vacarme d’une bataille, pour libérer l’Europe du joug de la barbarie nazie. Par les sacrifices d’hommes jeunes et venant d’horizons lointains, les forces alliées ont permis à des populations civiles de vivre à nouveau dans une paix que nous avons également célébrée, ce dimanche 6 juin 2004.